Chantier Chiomonte

Le papillon Zerynthia polyxena ouvre la voie du projet de Biodiversité

Le chantier du Lyon-Turin à Chiomonte en Val de Suse, devient un lieu de recherche des espèces protégées. C’est le papillon Zerynthia polyxena, espèce protégée, qui ouvre la voie du Projet de Biodiversité, lancé par TELT avec l’Université de Turin, en revenant dans une zone adjacente aux travaux.

Avant même l’approbation du projet de site de chantier, qui prévoit de commencer l’excavation du tunnel de base du Mont-Cenis à Chiomonte, et à la demande de la Région du Piémont lors de la Conférence des services, TELT a mis en place une commission technique avec l’ARPA Piemonte visant à surveiller le papillon. En collaboration avec TELT, l’Université a commencé ses recherches sur cette espèce au printemps 2018 et continue les approfondissements pour mapper la présence du lépidoptère. Le projet a été lancé dans le cadre de la convention entre TELT et l’Université pour la galerie de reconnaissance de la Maddalena.

Le chantier n’a pas eu d’impact sur le papillon : la surveillance ante operam de 2012 et les contrôles effectués par les techniciens de l’ARPA après un premier signalement en 2017 n’ont rien donné sur la présence du lépidoptère, découvert finalement au printemps en 2018. La recherche de l’Université a été lancée pour recenser l’espèce, tout en sauvegardant son habitat aux vues de l’agrandissement du site de travaux pour le tunnel de base du Mont-Cenis.

L’équipe impliquée

Le suivi a été effectué selon la “méthode de marquage par capture”, normalisée et appliquée dans toute l’Europe, comme l’indiquent les directives ministérielles pour le suivi des espèces rédigées pour les lépidoptères par la professeure Simona Bonelli, professeur de zoologie et de conservation des invertébrés au Département de biologie de l’Université de Turin, représentante italienne de Butterfly Conservation Europe et référente nationale du Red Data Book of Butterflies Européens et de la région méditerranéenne. La professeure a coordonné pour Federpachi la rédaction de la première Liste Rouge des papillons italiens, dédiée aux lépidoptères en voie d’extinction.

Les activités qui se sont déroulées à La Maddalena à partir du printemps 2018 ont confirmé la présence du papillon dans une zone du futur périmètre du chantier, une population importante du point de vue numéraire dont l’habitat ne peut être ni dégradé ni réduit. La découverte du lépidoptère dans différents sites sur un rayon de 5 km a nécessité un ultérieur approfondissement, au printemps 2019, afin de comprendre quels sont les liens entre les différentes zones ou « oasis ». En attendant, cet environnement doit être protégéafin de sauvegarder l’espèce.

Le Zerynthia polyxena

Le Zerynthia polyxena est un lépidoptère menacé d’extinction et protégé par la Directive Habitat de l’Ue. Une espèce monophage, qui se nourrit exclusivement d’une plante sauvage, l’Aristolochia pallida. La zone adjacente au chantier de Chiomonte, caractérisée par un impact anthropique significatif, a favorisé sa présence. “La plante nourricière a besoin d’espaces ouverts, de prairies partiellement ensoleillées”, explique la professeure Bonelli – Cette zone, autrefois plus habitée et aujourd’hui concernée par le chantier du Lyon-Turin, a conservé les caractéristiques idéales pour la croissance de l’Aristolochia. Si cette zone n’avait pas été entretenue, paradoxalement, nous aurions perdu le papillon. Equipés d’un filet entomologique, les chercheurs ont capturé et marqué les spécimens. À l’aide d’un logiciel spécial, ils ont évalué la consistance numérique de la population présente sur le site, avant de s’attarder sur la densité des plantes et des chenilles.

Chiomonte se trouve à une altitude inhabituelle pour cette espèce, qui survit généralement plus facilement dans les plaines– explique la professeure Bonelli – c’est aussi un symptôme du changement climatique en cours “. Comme d’autres environnements alpins, Chiomonte jouera un rôle crucial dans la conservation à long terme de la biodiversité. La professeure conclut que “la plante nourricière n’était pas présente sur le site.” Nos enquêtes servent à cartographier les espèces afin de les protéger en vue de l’expansion du site”.

20/12/2018 • #, #, #

Questo sito o gli strumenti terzi da questo utilizzati si avvalgono di cookie necessari al funzionamento ed utili alle finalità illustrate nella cookie policy. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie, consulta la cookie policy. Cliccando sul pulsante OK, scorrendo questa pagina o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all'uso dei cookie. Est-ce que tu veux savoir de plus?

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close