Objectif 2030

kyle-glenn-worldmap
kyle-glenn-worldmap
Moins de camions sur les routes et un transport ferroviaire compétitif

Chaque année, 44 millions de tonnes de marchandises traversent l’arc alpin occidental et, actuellement, plus de 90 % d’entre elles transitent par la route. On estime qu’au moins la moitié de ces marchandises pourra transiter par la nouvelle ligne Lyon-Turin. La transformation de la ligne de montagne en chemin de fer de plaine permettra d’économiser 40 % de l’énergie, ce qui rendra le transport ferroviaire plus compétitif, avec un bénéfice significatif pour l’environnement.

intermodal
Le transport intermodal

La nouvelle ligne transfrontalière permettrait permettra le développement du transport intermodal rail-route sur l’axe franco-italien.

Le transport intermodal est un système de transport de marchandises utilisant des « unités de chargement » normalisées (généralement des conteneurs), pouvant passer d’un mode de transport (navire, camion, train) à un autre pour atteindre leur destination.
L’une des caractéristiques et l’un des prérequis de ce type de transport sont que les marchandises doivent être chargées à l’usine ou à l’entrepôt dans une « unité de transport intermodal », d’où elles ne seront pas déchargées avant d’atteindre leur destination finale.

Cette absence de manutention intermédiaire garantit un risque moins élevé d’endommagement des marchandises, un coût moins élevé de transfert entre les différents types de moyens de transport et une vitesse de transport plus élevée.

Le Corridor Méditerranéen

La ligne Lyon-Turin constitue une partie essentielle du corridor méditerranéen, l’un des 9 axes ferroviaires du réseau RTE-T. La ligne ferroviaire entre la France et l’Italie est l’anneau central du corridor méditerranéen qui reliera Algésiras (Espagne) à Budapest (Hongrie), desservant 18 % de la population européenne et alimentant 17 % du PIB communautaire. Cet axe unira l’est et l’ouest du continent, traversant 7 des 9 corridors européens financés par l’UE.

Le corridor, qui s’étend sur près de 3 000 km, a été créé pour favoriser les échanges commerciaux et renforcer la compétitivité des pays de l’Europe méditerranéenne, à travers un réseau ferroviaire à grande vitesse et de grande capacité fret/voyageurs, ainsi qu’à travers les principaux ports maritimes et fluviaux, les grandes villes et les aéroports.

L’utilité de la liaison Lyon-Turin est documentée par sept études socio-économiques menées entre 2000 et aujourd’hui par des organismes qualifiés qui ont pris en considération le volume des échanges commerciaux le long du corridor méditerranéen, les prévisions du trafic et l’impact environnemental dans un écosystème fragile comme celui des Alpes.

Le réseau RTE-T

L’Union européenne a misé sur la réalisation du réseau RTE-T, le réseau métropolitain d’Europe, qui prévoit 9 corridors pour connecter rapidement, efficacement et durablement le continent à travers 17 500 km de voies ferrées reliant ports, aéroports, plateformes multimodales et grandes agglomérations.

Les Réseaux TransEuropéens de Transport (RTE-T ou TEN-T en anglais, pour Trans-European Networks – Transport) sont un ensemble d’infrastructures de transport intégrées conçues pour soutenir le marché unique, assurer la libre circulation des personnes et des marchandises et renforcer la croissance, l’emploi et la compétitivité dans l’Union européenne.

Dans le passé, les systèmes de transport européens étaient principalement développés selon des critères nationaux, avec pour conséquence le manque ou l’absence d’interconnexions aux frontières ou le long de corridors stratégiques.

Depuis les années 1990, le programme RTE-T a orienté les fonds européens vers le soutien de la réalisation de projets d’infrastructures clés pour l’Europe.

La nouvelle route de la soie

Cette perspective s’étend à l’échelle internationale, puisque même la Russie et la Chine construisent de nouvelles lignes qui formeront les nouvelles routes ferroviaires de la soie.

En particulier, la nouvelle route de la soie conçue par la Chine prévoit d’améliorer ses connexions commerciales avec les pays européens à travers une route terrestre comprenant trois routes différentes reliant l’Occident, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est, et une route maritime divisée en deux : une qui relie la Chine à l’océan Indien, la mer Rouge et enfin l’Europe, l’autre qui relie Pékin aux îles pacifiques via la mer de Chine.

Les villes

Turin
Première capitale de l’Italie et chef-lieu de la région du Piémont, Turin est le cœur d’une zone métropolitaine qui compte près de 2 millions d’habitants, le troisième acteur économique et productif du pays et l’un des principaux centres universitaires, artistiques, touristiques, scientifiques et culturels d’Italie. Turin est le pivot de l’industrie automobile italienne, un centre important de l’édition, du système bancaire et des assurances, des technologies de l’information, de la gastronomie et du vin, de l’aérospatiale, du design industriel et du sport.
Lyon
Troisième ville la plus peuplée de France, Lyon est le chef-lieu de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Sa métropole compte plus de 2 millions d’habitants. Lyon représente un pôle de développement au niveau européen : tous les secteurs industriels sont présents mais la réputation internationale de cette ville est liée plus particulièrement à la mécanique, au textile et à la chimie. Lyon est l’un des plus grands centres universitaires et culturels de France. Son rôle stratégique est lié à sa position entre le nord et le sud du pays et à un système de transport mixte voyageurs/fret à l’avant-garde.
Milan
Le chef-lieu de la Lombardie est une aire métropolitaine comptant plus de 8 millions d’habitants. C’est le principal centre financier et le pôle économique le plus important du pays, siège de la bourse italienne. Depuis la seconde moitié du siècle dernier, Milan a concentré ses efforts sur la finance, le commerce national et international, la gestion d’entreprise, l’édition, le design industriel, la publicité, les divertissements, la recherche scientifique, la biotechnologie, l’informatique, les activités universitaires, la mode, le design, le marketing et les médias télévisés. Le produit intérieur brut de la ville de Milan s’élève à environ 39 milliards d’euros.
Paris
Paris est la cinquième ville la plus peuplée de l’Union européenne et son aire métropolitaine compte environ 12 millions d’habitants. L’activité économique de Paris n’est pas spécialisée dans un secteur particulier mais s’est récemment portée sur des activités à forte valeur ajoutée, telles que les services financiers, l’informatique et le secteur des hautes technologies. La capitale française est le premier pôle universitaire et culturel du pays et, avec plus de 28 millions de touristes par an, c’est la ville la plus visitée au monde. Avec un PIB de plus de 570 milliards d’euros, Paris est l’un des moteurs de l’économie globale.
Précédent
Suivant